La technique de la station debout, avec Jordan Peterson

J’aimerais vous parler d’un procédé de rhétorique particulièrement bas et irritant. Une technique de victimisation qui permet de neutraliser un débat en empêchant toute discussion rationnelle, et que j’ai choisi d’appeler la « technique de la station debout ». Bien utilisé, ce procédé est imparable. Il est extrêmement simple à utiliser, très instinctif, et permet de prendre, dans une discussion, la posture de la personne rationnelle, mesurée, responsable et amoureuse des libertés, et de faire passer son adversaire pour un imbécile autoritaire et obscurantiste. Comme nous allons le voir, cette tactique est particulièrement efficace quand celui qui l’utilise est en position de pouvoir ou de domination par rapport à son interlocuteur, ce qui en fait un redoutable outil d’oppression. Du fait de ses particularités, il n’est pas surprenant de voir cette rhétorique utilisée contre les militant·e·s féministes, LGBT+ ou antiracistes, notamment par la droite libertarienne, friande de cette posture rationaliste, ce qui (entre autres choses) explique le succès de ses thèses chez les sceptiques et autres zététiciens.

S’il existe nombre d’utilisateurs amateurs de cette rhétorique, qui peut nous venir spontanément en cas de conflit, il y aussi des experts de la discipline. Nous allons nous intéresser au psychologue canadien Jordan Peterson, nouvelle figure de proue du masculinisme outre-Altantique et passé maître dans l’art de la station debout. Si l’on a encore peu entendu parler de lui en France, son combat contre les droits des personnes trans a fait de lui une star de la droite nord-américaine, qui voit en lui « l’un des intellectuels les plus influents du monde occidental » (pour reprendre les mots de l’économiste Tyler Cowen).

Nous allons voir, dans cet article, comment Peterson a accédé à la célébrité avec un usage brillant de cette technique. Mais d’abord, il faut que je vous parle de mes propres démons : je l’ai moi-même utilisée dans le passé. Il est temps d’avouer mes péchés, publiquement, et de viser la rédemption pour les pires moments de mon enfance.

Le pire grand frère du monde

Quand j’étais petit, j’étais assez insupportable (les mauvaises langues diront que je le suis toujours). Parmi les personnes qui ont eu à subir mon arrogance et mon manque d’empathie, il y avait mon petit frère, qui subissait mes lubies avec la sagesse d’un moine bouddhiste. Il faut dire que j’étais déjà contrariant. Par exemple, je n’avais aucun respect pour les vieilles traditions qui avaient cours dans la maison quant au contrôle de la télécommande du salon. Dans ma famille, une règle non-écrite voulait que la personne déjà en train de regarder la télé soit prioritaire sur la télécommande par rapport aux nouveaux venus. C’était un principe de courtoisie, principalement voué à obtenir la paix sociale : quand tu es en train de regarder ton émission ou ton film, tu n’as pas envie d’être dérangé par quelqu’un qui passerait par là en réclamant un changement de chaîne. Mais, ce principe, j’en contestais les fondements : après tout, au nom de quoi est-ce que l’ancienneté dans les canapés donnerait un quelconque droit sur le choix du programme ?

Dans la pratique, mon combat contre ces règles et ces hiérarchies injustes, je le menais surtout quand c’était moi qui en étais victime : alors que je débarquais dans le salon, j’interrompais mon frère et je réclamais instamment qu’il me cède la télécommande. Devant son refus, je protestais alors en me plaçant, debout, entre lui et la télévision. Quand il me demandait de dégager de son champ de vision, je répondais alors quelque chose de vraiment irritant : « Ben quoi ? Je me tiens seulement debout quelque part. J’ai bien le droit de me tenir debout quelque part, non ? Si je te cache la vue, c’est ton problème, pas le mien, moi, je ne fais rien de mal. Tu veux m’interdire d’aller et venir où je veux, c’est ça ? ». Voilà, c’est aussi simple que cela, la technique de la station debout.

Simple, mais redoutable. Là où ma défense est irritante, c’est qu’elle est factuellement correcte et, pourtant, malhonnête. Il est compliqué pour mon frère de venir me contredire sur le plan de l’argumentation rationnelle : aucune des affirmations que je prononce n’est en contradiction avec le réel, et, si quelque chose, spontanément, nous dit que mon raisonnement est fallacieux, celui-ci a la forme d’une argumentation valide. Déconstruire ma rhétorique est donc complexe, et je remportais la victoire quand mon frère, plutôt que de rentrer dans un débat interminable avec quelqu’un de mauvaise foi, abandonnait la télécommande. Et le plus fort dans tout ça, c’est que j’étais convaincu d’être du côté de la raison. Pour autant, évidemment, je ne l’étais pas. Revoyons donc cette technique au ralenti : où est l’astuce ?

  • D’abord, ma description de la situation (« je me tiens seulement debout quelque part ») est correcte, certes, mais elle n’est pas juste. Non, je ne me tiens pas seulement debout quelque part : dire cela est biaisé, et occulte complètement une partie de la situation. D’abord, en décrivant ce que je fais de la manière la plus vague que je peux, je donne l’impression que l’exigence de mon frère est plus importante que ce qu’elle n’est vraiment : « il ne veut pas que je sois devant la télé » devient « il ne veut pas que je me tienne debout quelque part ». Et surtout, ce que je fais disparaître, dans mes propos, c’est l’Autre : le fait que, dans le même mouvement où je me tiens debout quelque part, j’empêche aussi mon frère de regarder la télévision. En décrivant la situation de manière autocentrée, je la présente d’une manière qui « oublie » le fait que mes actes ont des conséquences sur autrui : ils paraissent donc parfaitement anodins, neutres, ils ne semblent ne concerner que moi et moi seul.
  • Ensuite, j’en appelle à de grands principes abstraits. Maintenant que j’ai décrit la situation de manière à être la seule personne impliquée, je peux ramener l’enjeu de celle-ci à la libre expression de mes droits individuels. En l’occurrence, ici, mon droit à « me tenir debout quelque part ». Pourtant, toute situation politique est une confrontation entre des intérêts divergents, pourrions-nous dire entre l’exercice de droits incompatibles entre eux. La vie en société nécessite que nous renoncions, chacun, à une partie de nos droits pour rendre la cohabitation possible. En focalisant la situation sur l’exercice de mes droits, j’évacue complètement la question de leurs limites, des droits des autres parties en présence, du tort que je peux leur causer, ou de la légitimité de leurs revendications. Ce qui est en jeu, ici, c’est la dépolitisation du débat, que je peux ramener ensuite à la question absurde de savoir si l’on est pour ou contre le droit de se tenir debout quelque part. Il s’agit maintenant de maintenir autant que possible la discussion à ce niveau, de prétendre que là est véritablement son enjeu. En plus de cacher le réel derrière une question de principes, je peux alors prendre à moindre frais la posture de celui qui veut défendre les droits individuels. C’est l’heure d’en rajouter de grandes tartines sur l’importance du droit de se tenir debout quelque part, pourquoi il est essentiel de le préserver, des graves conséquences pour la société si l’on renonçait à notre droit à se tenir debout où bon nous semble, etc.
  • Si les conséquences de mon comportement sur les autres sont, malgré tout, évoquées, il me suffit de m’en décharger en disant que « c’est leur problème ». A partir du moment où je peux décrire mes actes d’une manière qui me permet de dire « je ne fais rien de mal », je peux alors me dédouaner de toute responsabilité. Si jamais, par naïveté, mon frère osait m’accuser de faire ça spécifiquement pour être pénible vis-à-vis de lui, je pourrais l’accuser de « procès d’intention » et jouer la vertu outragée.
  • Ce qui va me permettre, enfin, de me placer dans une posture de victimisation : ayant ramené la situation à la seule question de l’exercice de mes droits, je peux prétendre que nous avons en réalité affaire à une tentative d’oppression. C’est parfaitement logique : pour quelle autre raison voudrait-on atteindre à mes droits ? Mon frère ne veut pas regarder la télé tranquillement, il veut m’empêcher d’aller et venir librement. Je décris ainsi son projet comme motivé, non pas par la défense de ses intérêts (qui ont depuis bien longtemps disparu de mon discours), mais par la volonté d’attaquer mes droits. Je peux alors invoquer le caractère dictatorial de sa position, déplorer son autoritarisme, et aller chouiner auprès de ma mère que mon petit frère est méchant avec moi, puisqu’il veut m’empêcher de me tenir debout où je veux.

Dans le cas de cette sombre histoire de télécommande, il y a peu de chances que le discours porte : tout le monde voit bien que quelque chose cloche (sauf moi, mais moi j’avais huit ans), même quand l’on ne parvient pas à mettre exactement les mots sur ce qui ne va pas dans mes propos. Il n’y a aucune chance que j’arrive à convaincre qui ce soit que mon frère essaye de m’oppresser en réclamant que je cesse de me tenir devant la télé. Pourtant, le même procédé rhétorique peut se montrer convainquant dans des situations où l’absurdité de la thèse défendue est moins évidente. Vous avez sans doute, vous aussi, assisté à une telle interaction sur les réseaux sociaux : un type débarque dans une conversation, lâche une énorme bêtise, un truc méchant, méprisant et mal informé, puis, quand il se fait rembarrer, s’en va comme un prince en lâchant « Calmez-vous, j’ai juste donné un avis différent du vôtre. On a le droit d’être pas d’accord avec vous, ou pas ? Vous ne supportez pas que des gens ne soient pas d’accord avec vous, c’est ça ? ». Si irritant. Comme si c’est le désaccord en soi qui avait provoqué une réaction enflammée, et pas la nature du désaccord, ou même le ton employé ou la violence des propos tenus. Version comique : « vous n’aimez pas l’humour », à balancer après une blague raciste, comme si le problème dans « blague raciste », c’était le mot « blague ». Dans ce registre, mention spéciale à Tex, l’ancien animateur de France 2 mis à pied après une blague sur les violences conjugales. Dans Libération, il se défend d’une manière surprenante : « Moi, je sers une autre génération. Faut avoir honte de faire rire les gens de 65 ans ? Cette génération, elle a plus le droit de vivre ? ».

Bref, la technique de la station debout, sous une forme ou sous une autre, est très courante, au final. Mais nulle part je ne l’ai vue utilisée avec autant de brio que dans les propos de Jordan Peterson.

Lott1[1]

Peterson origins

Jordan Peterson est professeur de psychologie à l’Université de Toronto. Ce qui l’a rendu célèbre, c’est son combat contre le « politiquement correct », les « féministes radicales », les « néo-marxistes postmodernes », les « gauchistes radicaux » et les « politiques identitaires ». Bref, nombreux sont ceux qui, comme Le Monde, voient en lui un hérault de l’alt-right et du masculinisme anglo-saxon. Lui-même s’en défend et se présente comme un libéral qui défend avant tout la raison, la liberté et la responsabilité individuelle, et qui écrit des livres de développement personnel pour les jeunes hommes en crise avec leur masculinité (critiqués par Vice). Il y aurait beaucoup à dire sur Peterson, qui a pris position sur un grand nombre de sujets, souvent pour porter une parole (très) conservatrice, anti-athée, anti-féministe, et parfois pseudoscientifique (voir sa fiche RationalWiki). Tout aborder serait fastidieux, aussi nous allons essayer de nous en tenir, ici, au tout début de sa carrière de polémiste : son combat contre la loi fédérale canadienne C-16, qui a fait de cet obscur universitaire une star controversée des réseaux sociaux, à qui sont aujourd’hui dédiés des groupes facebook à la fois flippants et folkloriques, plus caricaturaux encore que les comptes twitters parodiques qui lui sont consacrés.

Écrite pour lutter contre la transphobie, la loi fédérale canadienne C-16 vise à ajouter aux lois anti-discrimination canadiennes les critères d’identité et d’expression de genre, qui viennent rejoindre une liste pré-existante composée de la race, du sexe et de l’orientation sexuelle. Cette loi condamne donc l’appel au génocide et l’incitation à la haine en fonction de ces deux nouveaux critères, et les rajoute également aux circonstances aggravantes des crimes violents. Dans une vidéo intitulée « un professeur contre le politiquement correct », présentée comme un « cours en ligne » et publiée en septembre 2016, Peterson sonne l’alarme contre cette loi qu’il voit comme une grave menace pour la liberté d’expression. Sa vidéo est une diatribe d’une heure contre cette loi, qu’il accuse de comporter de nombreux mensonges sur le sexe biologique, le genre ou l’orientation sexuelle (il s’agit, pourtant, de l’état actuel des connaissances universitaires sur le sujet). Pour lui, ces impostures idéologiques « sont désormais la loi » , et il exprime sa crainte d’être désormais interdit de donner son petit avis sur la transidentité sous peine d’être accusé « d’incitation à la haine ».

Il ira même plus loin : selon lui, cette loi interdira de mégenrer les personnes transgenres, c’est-à-dire qu’elle exposera à des poursuites toute personne appelant une personne trans par un autre pronom que celui de son choix. Bref, si quelqu’un veut que l’on l’appelle « Monsieur », il faudra l’appeler « Monsieur » ; si c’est « Madame », ce sera « Madame » (plus d’informations dans cet article de Guy, Green & Geek ou cette vidéo de Yuffy Tipoui). Ce qui, déjà, pose problème à Peterson. Pire encore : cette loi, selon lui, va l’obliger à utiliser les pronoms neutres. Ces pronoms, comme, « zhe », « ve », ou « they » (utilisé au singulier) sont utilisés dans la société anglo-saxonne par certaines personnes transgenres non-binaires qui préfèrent qu’on ne les désigne ni au masculin, ni au féminin. Cela fait quelques années que l’usage de ces pronoms s’est démocratisé dans le monde anglo-saxon, à tel point que « they » au singulier a été nommé « mot de l’année 2015 » et « mot le plus utile de 2015 » par l’American Dialect Society, la vénérable société savante des linguistes étudiant la langue américaine. Mais Peterson ne partage pas leur enthousiasme pour l’évolution de la langue : pour lui, les pronoms neutres sont des mots « artificiellement créés dans un but idéologique » (par opposition aux mots naturels, j’imagine). L’obliger à prononcer ces mots, c’est donc enfreindre ses libertés individuelles et pave la voie au totalitarisme. Voici comment il est devenu « l’homme qui refuse d’utiliser les pronoms neutres », rempart de la liberté contre le politiquement correct.

Avant d’aller plus loin, il faut que je précise quelque chose. La loi C-16 de lutte contre la transphobie, contrairement à ce qu’en dit Peterson, n’a rien à voir avec l’usage des pronoms. Elle n’a absolument pas eu l’effet que Peterson avait prédit, personne n’a été condamné pour mégenrage, et c’était parfaitement prévisible. Il y avait déjà un consensus absolument clair, parmi les juristes et les experts en droit, pour dire que cette loi ne pouvait en aucun cas avoir l’effet que Peterson prétendait qu’elle aurait. Je cite Kyle Kirkup, professeur de droit à l’Université d’Ottawa et spécialiste du droit de la sexualité et du genre, qui affirme à la BBC : « Je pense qu’aucun juriste ne dirait qu’utiliser un pronom inapproprié puisse mener à une condamnation, bien que ce serait irrespectueux des droits humains des personnes trans ». Ce qui ne l’arrête pas, car notre psychologue n’est pas seulement plus linguiste que les linguistes, il est aussi plus juriste que les juristes : lui sait que la loi n’est pas rédigée assez précisément, et que bientôt on risque de lui imposer d’utiliser des pronoms bizarres alors qu’il ne veut pas. La preuve : il y a une loi à New York qui interdit le mégenrage. C’est du moins l’argument qu’il utilise dans un article pour The Hill intitulé, de manière assez alarmiste, « la loi canadienne sur les pronoms neutres est un avertissement pour les américains ». Et peu importe ce qu’en pense l’Association du Barreau Canadien, « porte-parole de la profession juridique au Canada ». L’ABC, qui représente 37.000 avocats et juristes, est pourtant peu encline à fermer les yeux devant les entorses aux droits individuels. Leur communiqué, en défense de cette loi qu’ils approuvent sans réserve, argumente de manière détaillée et prouve sans aucune ambiguïté que les allégations de Peterson sont infondées.

Tout un passage semble même spécifiquement dédié à Peterson, et je me permets de vous le traduire, tant la gifle est magistrale : « Que ceux qui ne peuvent s’empêcher de rester fidèle à la vérité, même impopulaire, dans leurs paroles et dans leurs actes, sachent que la vérité est, elle aussi, protégée [par cette loi]. Rien dans cette section n’oblige à utiliser ou à éviter des mots particuliers en public tant qu’ils sont pas utilisés dans « leur plus extrême manifestation » avec l’intention d’encourager le « niveau de détestation, de délégitimation et de rejet » qui produit un sentiment de haine à l’égard d’une minorité visible. Ceux qui s’inquiètent de pouvoir être poursuivis pénalement pour leurs idées répugnantes ou offensantes n’arrivent pas à comprendre une distinction cruciale que fait la loi. Comme l’a expliqué la Cour Suprême du Canada : « La distinction entre un discours répugnant et un discours qui expose une minorité à de la haine est cruciale pour comprendre l’application correcte de l’interdiction des discours haineux (hate speech). La législation sur les discours haineux ne vise pas à décourager les idées répugnantes ou offensantes. Elle n’empêche pas, par exemple, de débattre de l’intérêt qu’il pourrait y avoir à réduire les droits des minorités vulnérables de la société. Elle interdit seulement l’usage de discours les exposant à la haine dans le cadre de ces débats. Elle ne vise pas des idées, mais leur mode d’expression en public et l’effet que ce mode d’expression peut avoir » ».

Peterson debout

Malheureusement, de telles interventions seront insuffisantes pour calmer la situation. Peterson aurait effectivement réussi à provoquer les médias et les militants de la cause transgenre, et à déplacer le débat sur la question du mégenrage. Plusieurs journaux recevront « l’homme qui refuse d’utiliser le genre neutre » sans remettre en question ses affirmations sur la loi C-16, acceptant de cadrer la discussion autour de la question du droit à mégenrer ou non les personnes transgenre. Bref, Peterson a parfaitement réussi son troll. Ainsi, on le voit développer ses arguments dans une interview de la CBC : « Je ne suis pas un bigot‘, rencontre avec le prof qui refuse d’utiliser les pronoms neutres ». Et nous avons un magnifique emploi de la station debout, que je vous propose de décortiquer.

  • D’abord, la description des faits. Peterson ne réclame pas le droit de « mégenrer quelqu’un » mais « d’utiliser son propre langage » et de ne pas « laisser quelqu’un d’autre décider de quels mots [il] va utiliser ». Bien sûr, s’il rajoutait « pour m’adresser à lui », cela changerait la situation. On se poserait alors la question du droit de chacun à choisir les mots par lesquels on le désigne, droit que nous respectons la plupart du temps, tant il est nécessaire à la vie en société. Mais Peterson est maître dans l’art d’euphémiser la situation : il ne « veut pas utiliser des pronoms que quelqu’un d’autre a décidé [qu’il] devait utiliser ». Notez la formulation habile, qui donne l’impression qu’il résiste à des pressions extérieures à la situation d’élocution alors que ce n’est, ici, pas le cas.
  • Ensuite, les grands principes abstraits : qui pourrait être contre « le droit de choisir son propre langage » ? Prisonnier politique en puissance, Peterson affirme qu’il serait prêt à affronter la justice, et même à aller en prison pour défendre son droit à mégenrer les personnes trans (on rappelle que la loi dont on discute n’a absolument rien à voir avec cette question, c’est donc d’un courage très raisonné que Peterson fait preuve ici). « Si jamais il se trouve que je ne peux pas utiliser mon langage comme je le souhaite, parce que j’utilise ce langage pour formuler et articuler la vérité de le manière la plus claire que je peux et que ça m’apporte des problèmes judiciaires – eh bien, soit ». Bien sûr, il s’agit ici de défendre des principes pour les principes, d’une manière parfaitement déconnectée des situations réelles. Mais sur ces principes, il est intarissable. Dans The Hill, il écrit :  « La liberté d’expression protège nos sociétés du naufrage dans le Scylla de la tyrannie ou le Charybde du nihilisme et du désespoir. La liberté d’expression nous permet d’identifier les problèmes qui nous font face. La liberté d’expression nous permet de formuler des solutions à ces problèmes, et d’atteindre des consensus sur les solutions. Il n’y a rien d’autre, dans l’absence de liberté d’expression, que la tyrannie et l’esclavage ». Mais à aucun moment il ne parle de l’intérêt pour la discussion démocratique ou la lutte contre la tyrannie que pourrait bien avoir, spécifiquement, la liberté de mégenrer quelqu’un. A mon avis, il en serait bien en peine, et j’aurai même tendance à penser que, pour une discussion démocratique saine, appeler l’autre de la manière dont il le souhaite me semble être plutôt positif, voire même, parfois, un préalable nécessaire. Mais nous ne le saurons jamais, car Peterson ne s’est jamais prêté à un tel exercice.
  • Le renvoi à l’autre des conséquences se retrouve bien évidemment dans son discours. Quand on lui demande « n’est-ce pas le rôle de la société d’être accueillante et de faire que les gens se sentent acceptés ? », il répond par la négative. Il rajoute aussi une petite pointe de scepticisme méprisant : quand le journaliste lui demande « De nombreuses personnes dans la communauté trans ont beaucoup souffert de discrimination, en raison de l’absence de reconnaissance. [Les genrer correctement] irait, c’est ce qu’ils croient, dans le sens de cette reconnaissance », il répond « oui, eh bien le simple fait qu’ils le croient ne veut pas dire que c’est correct ». Magnifique retour à l’envoyeur, ça valait bien le coup d’écrire des tartines sur l’importance du débat en démocratie.
  • Enfin, donc, l’accusation d’oppression. Bien sûr, si des gens souhaitent qu’il utilise tel ou tel pronom pour les désigner, ce n’est pas pour leur bien, pour réclamer une des marques les plus basiques du respect, ou à cause des conséquences pour leur état mental ou moral. Non, c’est pour le plaisir de restreindre son langage à des fins de propagande. Cette « petite coterie de personnes idéologiquement motivées » ont « créé des mots pour atteindre des buts idéologiques » afin de « faire de [lui] une marionnette idéologique » (oui, c’est un mot qu’il aime beaucoup).

Nous avons, ici, un pur usage de la technique de la station debout. Sauf que, contrairement à mes tentatives de conquête de la télécommande, chez Peterson, ça marche : il a effectivement réussi à convaincre un certain nombre de gens du sérieux de sa position. En tout cas, Peterson ne semble pas s’être couvert de ridicule, alors que je trouve mon moi de huit ans absolument pathétique. Notre technique n’est donc pas si parfaite que ça, puisqu’elle ne fonctionne que dans certains cas précis. Ce qui nous amène à notre dernière question : quelles conditions sont nécessaires pour réussir efficacement à utiliser cette technique sans passer pour un imbécile ?

On ne peut pas se tenir debout si on est à genoux

Puisque cette technique repose sur une présentation malhonnête des faits, il faut d’abord, pour qu’elle ait la moindre chance de réussir, que son utilisateur impose effectivement sa vision de la situation dans le discours. C’est pour ça que cette technique ne marchait pas devant mon frère : il était absolument évident pour tout le monde (et même moi, je le savais, au fond de moi) que je n’étais pas juste debout à un endroit anodin mais que je m’étais placé à l’endroit sur Terre où je l’embêtais le plus. Je n’avais pas réussi à imposer ma parcellaire vision du monde, ni à ma mère, ni à mon frère, ni même à moi. La technique de la station debout ne repose que sur une seule chose : la capacité à se mettre au centre de la conversation. Peterson, lui, y arrive, et ce, pour plusieurs raisons.

La première, c’est la position depuis laquelle il parle et la manière dont il articule sa pensée : Peterson est un universitaire, donc présumé apte à construire du savoir et à dire une vérité scientifique sur le monde, aptitude reconnue par des institutions dont il peut se revendiquer pour appuyer sa parole. Bref, il dispose d’une bonne réserve de ce que Bourdieu appellait le capital symbolique. De plus, toute sa manière de communiquer transpire l’érudition et la clairvoyance. Il se tient droit, parle bien, avec une élocution bourgeoise et un bon niveau de langage ; bref, son hexis corporelle est celle du savant. En résumé, il a de quoi appuyer le récit qu’il donne de lui-même, « un professeur contre le politiquement correct ».

La seconde, c’est que ce récit va dans le sens d’un certain nombre de représentations courantes, déjà existantes dans le public à qui il s’adresse. L’idée selon laquelle la défense des droits des minorités est un prétexte pour instaurer un régime totalitaire anti-occidental est une vieille lune de l’extrême-droite, qui utilise diverses appellations pour séduire la droite conservatrice et la droite libérale. On retrouve cette idée dans le complot judéo-maçonnique à la fin du XIXème siècle, puis sous le nom de judéo-bolchevisme pendant l’entre-deux-guerre, puis dans la propagande nazie. Dans le monde anglo-saxon, l’extrême-droite défend toujours l’idée d’un complot derrière le « multiculturalisme » et le « politiquement correct », parfois appelé « marxisme culturel ». Des idées que la droite libertarienne a également récupérée, et auquel Peterson a donné un nouveau souffle sous le nom de « postmodernisme néo-marxiste ». Pour Peterson, le postmodernisme serait le nouveau nom qu’auraient adoptés les marxistes et seraient responsable des « politiques identitaires » (identity politics). C’est, par exemple, ce qu’il explique au début de cette vidéo. Comme le note Natalie Wynn, de la chaîne YouTube Contrapoints, dans sa vidéo consacrée à Peterson, les marxistes, les post-modernistes et les tenants des identity politics sont trois courants différents de la gauche, qui s’entendent difficilement en raison de stratégies, de visions du monde et de principes fondateurs radicalement opposées. Mais en rassemblant en une seule phrase tous les croque-mitaines de l’alt-right, Peterson s’assure une audience chez, par exemple, les soutiens de James Damore (dont nous avons déjà parlé ici). Sans être d’extrême-droite ou libertarien soi-même, nombre d’américains ou de canadiens ont, au moins une fois, entendu quelqu’un défendre de telles idées, et peuvent les avoir intégrées dans leur vision du monde social. Le type sur facebook qui dit des gauchistes « vous n’acceptez pas les opinions différentes des vôtres » ou Tex qui s’insurge qu’on ne puisse plus rire de tout, par exemple. Bref, si un grand nombre de gens sont prêts à adhérer à la description de la situation que fait Peterson, c’est parce qu’elle va, dans une certaine mesure, dans le sens de leur propre vision du monde, ou d’une vision qu’ils sont prêts à adopter.

La troisième raison pour laquelle la technique de la station debout fonctionne chez Peterson, c’est son accès à la parole. Pour diffuser sa description de la situation, il a pu d’abord compter sur une communauté extrêmement active d’internautes facilement acquis à ses idées, qui ont diffusé ses vidéos et qui le financent aujourd’hui via des plateformes de financement participatif. Ses vidéos ont été vues des dizaines de milliers de fois, puis un certain nombre de journaux, dont la ligne politique correspondent ou non à la sienne, lui ont donné accès la parole publique.

Enfin, la dernière raison, c’est la très forte inégalité entre lui et le camp qu’il attaque sur ces trois points : capital symbolique, récits pré-existants dans lesquels s’inscrire, accès à la parole. En-dehors d’un cercle spécifique de militants de gauche, la parole de Peterson a plus de poids que la parole des personnes transgenres sur ces trois critères.

En terme de capital symbolique, il s’attaque à des gens dont la stigmatisation est particulièrement forte, et que le grand public voit souvent comme des pervers sexuels atteints de troubles mentaux. Les spécialistes universitaires de ces questions, qu’ils soient anthropologues, sociologues ou sexologues, sont aussi considérés comme moins légitimes sur ces sujets que le premier biologiste venu (voir mes articles sur Jacques Balthazart).

La question du mégenrage ne s’inscrit dans aucun récit pré-existant dans lequel l’américain ou le français moyen peut se reconnaître : la plupart d’entre nous n’avons aucune idée de ce que ça fait de se voir dénier le droit d’être genré comme on le souhaite. Les personnes trans et leurs proches savent de quoi il en retourne (je vous recommande encore cette vidéo), mais ça ne va pas au-delà de ce cercle restreint. D’abord, parce que c’est une expérience qui nous est parfaitement étrangère, et ensuite, parce qu’elle est complètement absente de notre culture : on n’en parle ni à la télé, ni au cinéma, ni dans les chansons.

Ce qui nous amène au troisième point : les personnes trans ont rarement accès aux médias pour parler de ces questions. Comme le dit la sociologue des médias Karine Espineira ,« Dans l’audiovisuel, beaucoup de productions sont écrites par des personnes pas concernées par les réalités trans. Elles transmettent un récit très stéréotypé et convenu, avec peu de place pour l’inattendu et la complexité. Le transféminisme passe, par exemple, difficilement le filtre des représentations médiatiques grand public, peu de journalistes osent en parler. Il y a un déficit de diversité dans la représentation des personnes trans ». Même Internet leur est un espace hostile. D’abord, parce qu’elles doivent faire face à l’hostilité des plateformes de réseaux sociaux, qui considèrent que leur contenu peut déplaire à leurs annonceurs : la démonétisation sur YouTube des vidéos LGBT+ et féministes, la censure des photos par Facebook, etc. Ensuite, parce que les personnes trans qui prennent la parole s’exposent au risque de harcèlement, comme la bédéiste Sophie Labelle, persécutée quotidiennement depuis plusieurs années, Damia Bouic en décembre 2015, ou le jeune Youtuber Milo Stewart, par la frange masculiniste de la communauté sceptique américaine (voir, encore une fois, une vidéo de Contrapoints).

Bref, la technique de la station debout est d’autant plus effective que celui qui l’utilise a les capacités d’imposer au public sa vision orientée de la situation, et que l’autre partie en est incapable. La station debout n’a pas pour but de convaincre son adversaire (mon frère sait très bien ce qui se passe quand je couine que je me tiens juste debout), mais d’exploiter son incapacité à contre-argumenter efficacement pour se mettre au centre des enjeux du débat et se victimiser. Elle ne fonctionne que si l’on peut faire plus de bruit autour de ses droits que l’adversaire ne peut en faire pour défendre les siens. C’est en cela que cette technique est dangereuse : en ce qu’elle ne peut (efficacement) servir qu’à des puissants pour se prétendre opprimés par les faibles.

Peterson termine son entretien à la CBC ainsi : « Le rôle de la société est de maintenir un minimum de paix entre les gens. Ce n’est pas le rôle de la société de faire que les gens se sentent confortables. Je pense que la société change de bien des manières. Je peux vous dire quelque chose dont je suis très terrifié , et vous pourrez y réfléchir. Je pense que la pression irresponsable et continuelle que les gauchistes radicaux exercent sur les gens est en train de dangereusement réveiller la droite. Donc, vous pouvez considérer cela comme une prophétie de ma part si vous le voulez. A l’intérieur du collectif, il y a une bête, et la bête use de ses poings. Si vous réveillez la bête, la violence émerge. J’ai peur que la pression continuelle par les gauchistes radicaux ne réveillent la bête ». Ainsi, la gauche serait responsable de la violence aveugle de l’extrême-droite, dont le terrorisme ne serait qu’une réaction réflexe aux pressions des « gauchistes radicaux ». Un discours sur l’irresponsabilité de l’extrême-droite dont nous avons déjà parlé dans mon précédent article.

Comme le pointe Noah Berlatsky, derrière une condamnation des possibles dérives autoritaires de la gauche, Peterson reprend, consciemment ou non, des thèmes de l’extrême-droite. Ces derniers, d’ailleurs, ne s’y trompent pas : son public est en partie composée de néo-nazis, de chrétiens conservateurs et de jeunes militants de l’alt-right. Présenter la défense des droits des minorités comme une tentative d’oppression dirigée contre la majorité peut, effectivement, permettre de se bâtir une carrière de polémiste à peu de frais, mais nous connaissons les politiques que de tels discours préparent.

Paradoxe de la station debout, cette posture permet de préparer l’autoritarisme au nom de l’anti-autoritarisme, d’empêcher la discussion au nom de la libre expression, de dépolitiser les enjeux au nom de la démocratie, d’évacuer la réflexion en prenant la posture de la rationalité. Voilà pourquoi cette figure rhétorique est haïssable, non seulement parce qu’elle escamote la possibilité d’une discussion rationnelle autour de questions politiques, mais aussi parce qu’un tel hold-up ne peut se faire qu’au détriment des plus faibles. Deux raisons qui devraient suffire, en soi, à la rendre détestable.


En guise d’exercice, je vous encourage à utiliser la même technique, dans les commentaires, pour défendre à peu près n’importe quel comportement. Vous voulez rouler en voiture sur les trottoirs, fumer dans les maternités, lancer des javelots sur des bébés pandas ? Venez défendre vos droits en commentaire, vous verrez : avec la station debout, on peut tout défendre. Ou du moins, on peut toujours essayer.

Merci à Yuffy Tipoui, qui s’est lancée dans une vidéo sur le mégenrage en apprenant que je m’attelais à la rédaction de cet article. Merci à l’ensemble de mes relecteur·rice·s pour leurs conseils.

Publicités

9 réflexions sur « La technique de la station debout, avec Jordan Peterson »

  1. Très bel article. J’ai remplacé le nom de Petersen par celui de Enthoven ça marche aussi. Au sujet de l’écriture inclusive de l’anti racisme ….

    J'aime

  2. « la droite libertarienne, friande de cette posture rationaliste, ce qui (entre autres choses) explique le succès de ses thèses chez les sceptiques et autres zététiciens. »

    C’est la première fois que je lis quelqu’un racompter que les thèses de Peterson sont populaires chez les zététiciens. Ce mec est comparé au taré du Time Cube et ses thèses au PDF « BREATHTAKING » du nouveau logo de Pespi une fois sur deux quand le sujet est abordé dans cette communauté. Il faut vraiment ne vraiment rien connaitre de cette communauté pour sortir une telle énormité.

    J'aime

    1. Lisez bien ma phrase : la droite libertarienne, ce n’est pas seulement Jordan Peterson.
      Mais parlons de Peterson.

      Je sais bien que Peterson est une figure controversée dans la communauté sceptique, mais il me semble que ses thèses ont beaucoup plus de succès qu’elles ne devraient en avoir.

      Je ne suis pas le seul à le penser, c’était aussi le point de vue de Dusty Smith il y a deux mois : « there are couple of videos against him that are good, but most of the sceptic community is completely silent or they’re supporting him, backing him up ».

      C’est un point de vue qui se discute, bien sûr, mais je pense qu’on peut tomber d’accord sur le fait qu’on ne peut pas dire que Dusty Smith ne connaisse rien de la communauté sceptique.

      J'aime

  3. Cette technique de la «position debout» est une manière très efficace de renvoyer institutionnellement dos-à-dos morceau de fer et morceau de chair.
    Premièrement, au nom de quelques pénibles sacrifices à la liberté d’expression, assurer une prétendue _égalité_ d’expression entre, par exemple, un Premier Ministre épais et violent et une militante musulmane caricaturée en singe. Égalité d’expression factice pour rendre la technique de la station debout plus efficace, mais, lorsqu’un téléspectateur de BFMTV soutient n’importe quel gouvernement soi-disant de gauche car sa capacité de concentration ne dépasse pas 5 tweets, 4h d’extrême-droite et un quart d’heure de représentants syndicaux paraissent, peut-être par le vide de contenu propre à ce qui précède, à égalité.
    Deuxièmement, faire un «jeu de miroir» entre des situations totalement asymétriques, prouvant au moins l’incompétence du/de la journaliste sur le contenu supposé être cadré, en mettant à égalité le spectateur et le gêneur.
    Troisièmement, retourner au premier point.

    J'aime

  4. Il arrive à tout le monde de se tromper sur l’âge, la profession, le lieu d’habitation… des autres. A moins de criminaliser le fait de se tromper (bonjour la société ainsi faite), il n’y aucune raison de vouloir empêcher le mégenrage, sous prétexte de protéger une minorité.

    Voilà !

    J'aime

    1. Mais personne ne souhaite sanctionner le mégenrage involontaire, d’autant (si vous avez suivi) que la loi C-16 n’a aucun rapport avec le mégenrage.

      Même à New York, la loi contre le mégenrage ne vise que les actes volontaires, comme la très grande majorité des lois. C’est pour les gens qui apprennent qu’une personne est trans et qui, volontairement, la mégenre (ce qui est vraiment très fréquent).

      J'aime

  5.  » N’envions pas la finesse de l’hypocrite, car elle lui est un piège; l’hypocrite est encore plus dupe de lui même que les autres ne sont dupes de lui ».
    – Alfred Auguste Pilavoine

    En tant qu’ancien grand frère tyrannique ayant largement abusé de la station debout (adaptée), je n’ai aucun mal à comprendre ce dont tu parles ^^

    Je pense que le biais principal se situe au niveau du role des médias, ceux qui lui donnent la parole:
    Bcp pense, sans jamais se poser la question, que leur but est d’informer, de dire la vérité, d’apporter une parole.
    Et c’est bien sur faux.
    Ce sont des entreprises capitalistes, leur but est de générer du profit, (via) de l’audience, du clic.
    Entretenir un débat le plus longtemps possible.
    Un bon client pour eux n’est pas quelqu’un qui apporte des arguments imparables.
    Parce que concrètement « ok va te tenir debout au milieu de l’autoroute, devant un prédateur, dans une quartier chaud » à 8 ans, met bien en évidence le fait que tu ne peux déja pas circuler où tu veux. La preuve par l’absurde peut souvent avoir raison de l’hypocrisie dans l’absolu.
    Et dans le cas Peter, il suffit de le laisser déballer pour qu’il arrive à te dire qu’il est finalement le rempart contre le fascisme. Aucune crainte à avoir en rhétorique d’un mec qui prétend défendre cette cause, c’est juste un libéral comme tous les autres. Avec cet élément dans l’équation, les angles d’attaques sont nombreux.
    Sauf que, là on parle « dans l’absolu », du point de vue de la vérité.
    Et ce n’est pas l’objet de ses itws de défendre la vérité.
    Leur seul objet est de vendre.
    De la même manière que son but à lui n’est pas de défendre le monde contre le fascisme mais bien de faire de la tune.
    Il est donc à sa place comme un poisson dans l’eau.
    Et le public, la cible de l’émission, si jamais tu te mets à lui parler de vérité, ne saura même pas ce que c’est. Elle ne connait que les polémiques, les scandales, la course au plus choqué etc.
    Celui qui dit/dirait la vérité dans ce contexte n’est donc absolument pas à sa place, ne sera ni compris ni entendu, et donc il pourra bien avoir raison dans le fond, il a tort à la base d’être là. A moins d’une erreur de l’adversaire, et comme tu le présentes, Peter a l’air d’en faire assez peu, l’autre ne pourra que se faire victimiser.

    Et c’est un cas parmi 1000.
    Je suis par exemple modo sur un groupe de débat politique Fr sur FB. La campagne présidentielle c’était la foire aux trolls et aux abrutis. Il y a un débat de fond mais il est tjs étouffé, pollué par les abrutis…
    Et dans une bonne partie des cas ces pollueurs de débat pensent avoir raison.
    Ils ont lu un livre un jour, vu une conférence un autre, ca y est ils se pensent devenus cultivés. Ils esquivent tjs plus ou moins consciemment les débats de fond.

    Ma vision est que si le capitalisme, et ses mécaniques, tient les médias et les débats, il est d’abord né de la démocratie. C’est avant tout la nature humaine dans le contexte de vie occidental qui le légitime. Et les gouvernements qui vont avec.
    Peut être ton statut de grand frère tyrannique t’a -t-il rendu anxieux, par nature tjs sur les nerfs, à devoir tout justifier pour persuader ton monde que tu étais bon, et légitime surtout, cela va avec « bon », mais il ne fallait pas porter le débat sur ce point hein? 😉 Et ce stress constant a -t-il ensuite développé ton instinct de survie, développant tes capacités d’analyse, nourrie de la culture et de l’expérience, bien plus que chez certains autres, faibles mais non stressé car finalement confortablement installé dans leur role de victime qui savent qu’ils ont raison au fond, (tes petit frères, mes petites soeurs ^^).
    En tout cas c’est une question que je me pose en ce moment. Sais tu que les champignons (type cèpes) ne poussent que quand ils sont stressés? moi j’ai appris ça ce week end x) ça me fait cogiter.

    Article intéressant en tout cas, j’aime bien ton blog.
    Bonne continuation 😉
    Mow

    J'aime

  6. « les mauvaises langues diront que je le suis toujours » mais ça fait partie de ton identité. Ces mauvaises langues voudraient quoi ? Que tu changes profondément, que tu ne sois plus toi-même ? Un lavage de cerveau en somme ?

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s